Kyste sacro coccygien

La constatation de l’existence d’un ou plusieurs petits trous au sommet du pli fessier fera penser à un kyste sacro-coccygien. On a comme l’impression de voir des pores dilatés. Une touffe de poils peut émerger des orifices. Une coexistence avec des petites masses dures, rouges et douloureuses est une éventualité. Ce sont des abcès que l’on peut trouver au- dessus du pli fessier ou au niveau du sacrum.

 

Kyste sacro-coccygien : quand faut-il opérer ?

L’opération du kyste sacro-coccygien est toujours indiquée vu l’infection causée par l’abcès et le caractère récidivant de la maladie. Aucun traitement antibiotique entrepris seul ne peut le guérir. Des trajets secondaires ou fistules peuvent avoir une issue à la peau des fesses ou entre celles-ci. Si l’infection aigüe cause un abcès qui est une tuméfaction rouge et douloureuse, il doit être incisé et drainé. Ce sera  suivi d’une deuxième intervention après quelques semaines. La guérison de l’abcès est la condition nécessaire pour ôter complètement le kyste .
Si le kyste sacro- coccygien est chronique, ou si les manifestations cliniques semblent supportables,  l’opération complète sous anesthésie générale ou locorégionale est toujours une indication.

 

Kyste sacro-coccygien : que faut-il faire après l’opération ?

Le médecin prescrira des antalgiques et des anti-inflammatoires pour lutter contre la douleur et l’inflammation. Un suivi régulier en consultation spécialisée doit être effectué, jusqu’à la guérison complète du kyste sacro-coccygien. Des soins spécifiques sont nécessaires pour éviter la récidive et l’aggravation de l’infection. À domicile, des soins infirmiers quotidiens seront prodigués et dureront plusieurs semaines. La mèche ou pansement qui sert à la cicatrisation doit être changé constamment. La propreté du pansement doit être maintenue. Si un saignement important se manifeste, l’hémorragie sera arrêtée par une reprise de la chirurgie au bloc opératoire.
Jusqu’à la cicatrisation complète du kyste sacro-coccygien, la baignade doit être évitée. Cela peut prendre plusieurs semaines à plusieurs mois. Le malade n’aura pas à suivre un régime particulier durant sa convalescence.

 

Kyste sacro-coccygien : y a-t-il des complications ?

 

Après la chirurgie du kyste sacro- coccygien, les complications sont rares. Secondairement, on peut observer un saignement. Les séquelles secondaires sont presque inexistantes.  Une fièvre, une inflammation et une douleur nécessitent à nouveau une consultation.

Kyste sacro-coccygien : comment se passe l’intervention ?

  

Une visite pré-anesthésique avec l’anesthésiste se fera pour le choix de la technique d’anesthésie et dépendra de l’état du patient. Un jeûne doit être observé le jour de l’intervention et une heure avant celle-ci, une prémédication détendra le malade. Une voie veineuse sera mise en place. L’intervention se fera coucher sur le ventre et ne durera pas trop longtemps. Le kyste sacro-coccygien en entier sera ôté. La plaie ne sera pas suturée dans l’attente d’une cicatrisation secondaire. Une mèche sera mise en place. L’hospitalisation ne dure qu’une journée. Le reste des soins se fera en ambulatoire. Le malade pourra s’alimenter quelques heures après l’opération.

 

En l’absence de complications, le kyste sacrococcygien cicatrise au bout de 8 à 10 jours.

One thought on “Kyste sacro coccygien

  1. nadine muzama

    le teratome saccrocoxygien c’est ça le kyste dermique ou épidermique dans la région sacrée?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: