ganglion cervical

Un ganglion cervical est un organe lymphoïde se situant au niveau du cou.  Il est entouré par un capsule et contient  des follicules et des  cellules immunitaires qui sont les lymphocytes B et T. Il a un grand rôle dans les réactions de défense de l’organisme. C’est le lieu de drainage du liquide lymphatique venant des organes avoisinants. La localisation peut être  sous-maxillaire, sous mentonnière, prétragienne ou près du tragus, jugulo-carotidienne ou latéro-cervicale, sus-claviculaire et retro-spinale. Il faut veiller à ne pas confondre ces organes lymphoïdes aux éléments anatomiques du cou tels que la glande thyroïde, la glande parotide et les kystes vestigiaux du tractus thyréoglosse.

 

Quelles sont les caractéristiques des ganglions cervicaux pathologiques ?

Normalement, les ganglions cervicaux ne sont pas palpables sauf chez les enfants et les sujets maigres. Une adénopathie se définit par une augmentation de volume de ces ganglions. Elle est pathologique si le diamètre du ganglion est supérieur à 1 centimètre.

 

Que faire devant les ganglions cervicaux pathologiques ?

Devant la constatation d’une ou plusieurs adénopathies au niveau du cou, il faut consulter un médecin. Le médecin essaye de déterminer la date de survenue et le mode évolutif de l’adénopathie. Il demande des antécédents qui concernent surtout le mode de vie en précisant l’alcoolo-tabagisme, la notion de contage de tuberculose, le contact avec des animaux… Il recherche également les signes accompagnateurs comme la fièvre, la fatigue, l’amaigrissement et une éventuelle sensation de prurit. Il procède ensuite à un examen des aires ganglionnaires au niveau du cou. Les caractères des  adénopathies doivent être précisés c’est-à-dire le siège et la consistance qui peut être molle, élastique, pénitente ou dure. Il faut aussi rechercher des signes inflammatoires locaux et l’existence de douleur à la palpation. Une augmentation du volume de la rate et les divers signes au niveau d’un territoire de drainage des ganglions cervicaux sont également à rechercher.

 

 

Quels sont les examens complémentaires demandés pour explorer les ganglions cervicaux ?

De façon systématique, quelle que soit la cause suspectée au cours d’une exploration des ganglions cervicaux, un hémogramme est demandé. Cet examen montre les anomalies qualitatives et quantitatives des cellules sanguines. Une diminution des taux de leucocytes ou de globules rouges ou bien au contraire une augmentation de leur nombre peut être notée. La présence de cellules normalement absentes dans le sang périphérique peut être recherchée par cet examen. La mesure de la vitesse de sédimentation des hématies et le dosage de la CRP ou Protéine C réactif permettent de détecter un syndrome inflammatoire. Les autres examens sont prescrits en fonction du contexte et de la cause à rechercher. Ce sont la radiographie thoracique, l’électrophorèse des protéines sériques, le dosage de La LDH ou Lactico-deshydrogénase, la ponction et/ou biopsie ganglionnaire et enfin des sérologies virales.

 

Quelles sont les causes d’une augmentation de volume des ganglions cervicaux ?

De nombreuses pathologies peuvent entrainer une augmentation de volume desganglions cervicaux. Les pathologies infectieuses en cause sont les adénites infectieuses à pyogène au cours des infections des organes de la sphère ORL, les adénites tuberculeuses, la peste, la mononucléose infectieuse, l’herpès labial et les maladies d’inoculation. Les cancers du sang ou hémopathies malignes ne sont pas également rares. Ce sont les leucémies et les lymphomes. Enfin, certaines prises médicamenteuses et les maladies systémiques comme la sarcoïdose, la maladie de Still, le lupus… peuvent entrainer une adénopathie cervicale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: